Déparasitage à l’école 

 

Un partenariat entre le State School Health Coordination Committee de l’Etat indien du Bihar (SSHCC) et l’initiative Deworm the World (DtW) s'est traduit par l’un des plus grands programmes de déparasitage scolaire jamais mis en œuvre. Vous pouvez lire ici le communiqué de presse de DtW. Plus d’informations ici sur cet exemple de généralisation au Bihar.

Une recherche menée par Michael Kremer et Edward Miguel, chercheurs affiliés à J-PAL, a montré que le déparasitage des élèves était l’une des méthodes présentant le meilleur rapport coût-efficacité pour réduire l’absentéisme scolaire. Les conclusions de leur étude ont permis de nourrir le débat et ont contribué à la généralisation du déparasitage scolaire dans 4 pays, où plus de 23 millions d’enfants ont été traités depuis 2009.

Déparasitage à l’école
Localisation Partenaires Nombre de bénéficiaires
Andhra Pradesh, Inde Gouvernement fédéral de l'Andhra Pradesh 2.06 million 2.06
Déparasitage des enfants en Andhra Pradesh, Inde Gouvernement du Bihar 49.60 million 51.66
Delhi Gouvernement de Delhi 5.03 million 56.69
Éthiopie Save the Children USA 0.38 million 57.07
Kenya Gouvernement du Kenya, Ministère de l'éducation, de la science et de la technologie 16.04 million 73.11
Rajasthan Gouvernement du Rajasthan 21.66 million 94.77
Gambie Ministère de l'Éducation de Gambie 0.27 million 95.04
95.04 millions

La problématique

Plus de 400 millions d’enfants en âge d’être scolarisés sont infectés par des parasites intestinaux. Ces infections sont si largement répandues que, souvent, elles ne sont même pas reconnues comme constituant un problème médical. Pourtant, ces parasites diminuent l’absorption des nutriments par le corps et causent des hémorragies internes, pouvant mener à l’anémie et à la malnutrition. Les enfants sont alors trop malades ou trop fatigués pour aller à l’école ou se concentrer en classe.

L’évaluation

En 1998, les chercheurs de J-PAL Michael Kremer et Edward Miguel ont évalué le projet « Primary School Deworming » (Déparasitage à l'école primaire),  au Kenya. Ce programme offrait des traitements contre la schistosomiase et contre les vers intestinaux transmis par la terre, ainsi qu'une éducation à la santé préventive pour les enfants de 75 écoles primaires des régions rurales de Busia. Pour un coût inférieur à 50 cents par enfant et par an, le déparasitage scolaire a réduit la fréquence de l’infection de 25%, de même que l’absentéisme de 25% également. Pour en savoir plus, voyez la fiche de l'évaluation de ce projet ainsi que le calcul coût-efficacité.

Nourrir le débat

Compte tenu de la force de ces conclusions, le déparasitage scolaire est devenu une priorité des politiques éducatives. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en a fait un axe pour atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire, qui incluent la généralisation de l’enseignement primaire à tous les enfants. De même, celui-ci est désormais reconnu par la « Fast Track Initiative » (FTI) comme une contribution importante à l’objectif du programme « Education pour tous ». Dans les pays participant à la FTI où les vers parasites constituent un problème, le déparasitage à l’école est inclus dans les plans d’éducation nationale et des financements sont accessibles pour aider à le diffuser.

Deworm the World (DtW) est une initiative lancée à Davos (Suisse) en 2007 par le Forum des Jeunes Leaders Économiques Mondiaux. Organisation sœur de J-PAL, dirigée en partenariat par Innovations for Poverty Action (IPA) et par Partnership for Child Development, DtW s’engage à promouvoir et mettre en œuvre de façon durable le déparasitage, par une action de plaidoyer, de coordination de programme et d’assistance technique de haut niveau. Des programmes de santé à l’école, pourtant bien conçus, se heurtent souvent à un accès limité aux comprimés vermifuges. DtW a coordonné la distribution de ces derniers, traitant plus de 13 millions d’enfants dans 26 pays en 2009 et près de 12 millions en 2010. Pour en savoir plus sur cette initiative, vous pouvez vous rendre sur www.dewormtheworld.org.

Au Forum économique mondial de 2009, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé un partenariat avec DtW. Le PAM a en effet décidé d’étendre le déparasitage à l’ensemble des écoles qu’il ravitaille en nourriture dans des endroits où sont présents des vers parasites. Cette initiative augmente la couverture du déparasitage assuré par le PAM, en y incluant les 12 pays où il assure le ravitaillement des écoles.

Projets généralisés

Kenya : A l’occasion d’un événement organisé par DtW dans le cadre du Forum Économique Mondial de 2009, et à la suite de discussions entre le gouvernement, les bailleurs de fonds et les partenaires (dont DtW), le Premier Ministre kenyan Raila Odinga s’est engagé à assurer le déparasitage de 3 millions d’enfants dans les zones du pays présentant le plus de risques. Le gouvernement a alloué des fonds au ministère de l’Education pour généraliser un programme national de déparasitage à l’école, financé via le Kenya Education Sector Support Programme (KESSP).

DtW et la London School of Hygiene and Tropical Medicine ont établi la carte de la prévalence des helminthes transmissibles par la terre. Le ministère de l’Education, en coopération avec le ministère de la Santé, a coordonné les programmes de formation aux niveaux du pays, du district et de la localité. Avec le soutien de professionnels de la santé, des professeurs ont été formés pour administrer les vermifuges, gracieusement fournis par Feed the Children et distribués dans plus de 8200 écoles de régions infectées par les vers. En six mois seulement, le programme a dépassé son objectif en vermifugeant 3,65 millions d’enfants. La prochaine campagne de déparasitage, prévue pour 2012, est en cours de préparation ; elle inclura un traitement à la fois contre les helminthes transmissibles par la terre et contre les schistosomiases.

Andhra Pradesh, Inde : En 2009, le Gouvernement de l’Andhra Pradesh a piloté un programme de déparasitage scolaire dans six districts, traitant plus de deux millions d’enfants dans 21 000 écoles. Le succès du projet pilote a été décisif dans la généralisation au niveau de l’État entier. DtW a apporté une assistance technique pour soutenir le lancement et la généralisation du programme, en commençant par le développement d’une politique globale de santé scolaire faisant du déparasitage sa mesure phare. Le programme de déparasitage scolaire de l’Andhra Pradesh est conduit par le Département de la santé et de l’assistance médicale et familiale, le Département de SarvaShikshaAbhiyan (Education pour tous) et le Département de l’Éducation.

Bihar, Inde : Les conclusions sur l’efficacité du déparasitage à l’école, ainsi que l’expérience de généralisation menée en Andhra Pradesh, ont été présentées au Gouvernement du Bihar en janvier 2010, à l’occasion de la conférence de J-PAL sur le développement et la politique au niveau régional. A la suite de discussions avec J-PAL et DtW ayant immédiatement suivi l’événement, le Gouvernement du Bihar a accepté de mener une campagne massive de déparasitage à l’école. Elle a été lancée sous la direction du State School Health Coordination Committee (SSHCC), un comité inter-sectoriel rassemblant la State Health Society Bihar (SHSB) et le Bihar Education Project Council (BEPC), en collaboration avec DtW.

La campagne de déparasitage, conduite de février à avril 2011, a ciblé tous les enfants en âge d’aller à l’école dans l’Etat du Bihar, qui souffre d’un taux élevé d’infection par les vers parasites – plus de 50% dans la plupart des districts (enquête faite par DtW). Le Gouvernement du Bihar a rapporté que 17 millions d’enfants ont reçu des traitements vermifuges via le réseau de plus de 67 000 écoles publiques réparties dans tout l’État. S’appuyant sur le succès de la campagne de déparasitage 2011, le SSHCC envisage sérieusement de mettre en œuvre une seconde session de déparasitage en 2012.