PDF version

Impact d'une formation à l’entreprenariat pour les femmes, en Ouganda.

Localisation: Kampala, Entebbe, Mukono, and Jinja, Ouganda
Timeline:
2011 to 2014
Target Group: 
Entrepreneurs
Small and medium enterprises
Women and girls
Outcome of Interest: 
Earnings and income
Employment
Women’s/girls’ decision-making
Intervention Type: 
Business skills training
Coaching and mentoring
Empowerment training
AEA RCT Registration Number: 
Partenaires:
Question de politique 

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont souvent considérées comme un moteur potentiel de l’innovation, l’emploi, la mobilité sociale et la croissance économique. Dans de nombreux pays en voie de développement, les PME représentent une part importante de l’économie, pourtant les données indiquent que très peu développent une entreprise plus grande. Si les PME ont un tel potentiel de croissance, qu’est-ce qui les empêche de se développer ?

Les contraintes liées au capital humain peuvent jouer un rôle essentiel, tout particulièrement lorsqu'il est nécessaire d’avoir des compétences adéquates en gestion pour pouvoir accéder à d'autres ressources, comme les services financiers. Beaucoup de  programmes de services de développement des entreprises et de formation à l'entrepreneuriat ciblent les PME dans les pays en voie de développement, mais il existe très peu d'éléments prouvant l’efficacité de tels programmes.
Ce projet évalue un programme de formation et d’accompagnement en Ouganda, qui a pour objectif d’aider les femmes entrepreneurs à développer les compétences dont elles ont besoin pour faire prospérer leur entreprise. L’objectif de l’évaluation est de mesurer l’impact d’une augmentation du capital humain dans les services de gestion sur les résultats de l’entreprise dont les entrepreneurs ont reçu une formation, ainsi que l’impact des retombées de cette intervention sur les entreprises concurrentes et partenaires. L’évaluation compare également la rentabilité d'une formation intensive et longue par rapport à une seconde plus légère.

Cadre de l'évaluation 

TechnoServe, une ONG internationale de développement des entreprises, a mis en place un programme de formation commerciale appelé Women Mean Business (WMB) dans quatre villes du centre de l’Ouganda (Kampala, Entebbe, Jinja et Mukono). Depuis 2008, près de 600 femmes ont reçu une formation commerciale via le programme WMB.
Une étude du marché des PME menée par IPA dans ces quatre villes a révélé qu’environ 54% de toutes les entreprises interrogées appartenaient à ou étaient gérées par des femmes. Cependant, les propriétaires de petites entreprises – et notamment les femmes entrepreneurs – peuvent manquer de compétences en gestion, mais aussi d’informations sur la manière d’accéder aux services financiers et aux autres ressources, limitant ainsi leur capacité à améliorer et développer leur entreprise. Par exemple, bien que les femmes possèdent près de 40% des entreprises avec des locaux inscrits au registre du commerce, elles obtiennent seulement 9% de tous les crédits accordés1. Le programme WMB a pour objectif de fournir aux femmes entrepreneurs des outils et une formation pour mieux gérer et développer leur entreprise.

Village phone operator testing her laptop's internet access in rural Uganda

Village phone operator testing her laptop's internet access in rural Uganda

Détails de l'intervention 

Les entrepreneurs éligibles ont été aléatoirement répartis dans l’un des trois groupes suivants : formation intense (Depth training), formation légère (Light Touch training) et le groupe témoin. Les activités du programme pour les deux parcours se déroulent tout au long de l’année et sont mis en place par l’équipe de TechnoServe (ou par des consultants et des accompagnateurs extérieurs formés et supervisés par TechnoServe).

Lors de la première année du programme, les participantes du parcours Light Touch assistent à des sessions de formation sur des sujets comme la gestion financière, la vente et le marketing, la relation clients et la gestion des ressources humaines. Chaque sujet est traité lors d’une session de formation de deux jours, à raison d'une session par mois. Les participantes sont également réparties en groupes de travail par secteur (fabrication, vente, services), pour des formations supplémentaires plus ciblées et des activités de terrain. Pendant la deuxième année du programme, des sessions de formation de rappel ont lieu pour clarifier et aborder toutes les questions spécifiques auxquelles ont été confrontées les entreprises participantes.

Dans le parcours In Depth, les femmes bénéficient de tous les services offerts au groupe Light Touch, et en plus sont accompagnées par des étudiants issus d’une école de commerce locale. Au cours de la première année du programme, ces accompagnateurs travaillent avec les femmes pendant huit semaines afin de concevoir un business plan sur une période de 5 ans. Pendant la deuxième année, les femmes sont accompagnées par des conseillers individuels, avec lesquels elles travaillent trois mois pour mettre en place le business plan et mettre en pratique les leçons des diverses activités de la formation.

Avant de commencer le programme WMB, une enquête initiale permet de recueillir les informations sur le fonctionnement de chaque entreprise, (produits et ventes, emploi et situation financière), ainsi que sur l’expérience et le milieu du propriétaire/chef d’entreprise.
Au cours des deux années que dure le programme, les chercheurs conduiront huit à douze enquêtes de suivi afin de recueillir les données sur les performances de l’entreprise pendant et après le programme de formation d’un an WMB. Une enquête finale sera menée deux ans après l’enquête initiale et un an après la fin des programmes WMB.

Résultats et conclusions politiques 

Expérimentation toujours en cours.

1 Ellis, Amanda, Claire Manuel, and C. Mark Blackden, “ Gender and Economic Growth in Uganda: Unleashing the Power of Women,” Directions in Development 2006.

1 Ellis, Amanda, Claire Manuel, and C. Mark Blackden, " Gender and Economic Growth in Uganda: Unleashing the Power of Women," Directions in Development 2006.