Printer-friendly version

Internats d’excellence, en France

Policy Issue 

L'internat constitue une orientation nouvelle et importante pour améliorer l’éducation publique dans les pays développés. Ces écoles privilégient les élèves de milieux défavorisés, n'ayant pas accès à des écoles publiques de qualité. On pense que les moyens mis à disposition des élèves, comme les tutorats, les cours de soutien ou un environnement d’enseignement porteur, ont une influence sur leur réussite scolaire et à plus long terme sur leur vie future. Cette hypothèse a été validée par des évaluations rigoureuses menées aux Etats-Unis.

Outre la qualité de l’enseignement, le milieu familial des enfants est considéré comme un facteur clé de la réussite scolaire. Une façon d'améliorer l’apprentissage chez les bons élèves défavorisés consiste à leur donner la possibilité de s’inscrire dans un internat d’excellence. Ces collèges offrent un environnement plus propice à la réussite scolaire, car les élèves y sont mieux encadrés et plus contrôlés que s'ils restaient chez eux.
Cependant la mise en œuvre d'internats de ce type coûte certainement beaucoup plus cher que celle d'écoles publiques classiques, et il n'existe que peu de preuves de leur efficacité réelle. Puisque les pays industrialisés examinent les différentes options permettant un meilleur accès à l'éducation des enfants défavorisés, il est utile de comprendre l’impact que les internats d’excellence ont sur la réussite scolaire et sur les aspirations des élèves bénéficiaires.

Context of the Evaluation 

Début 2009, le gouvernement français a lancé le programme des "internats d'excellence" permettant à des élèves défavorisés de poser leur candidature pour un nombre limité de places. L’internat de Sourdun a été le premier établissement de ce type en France, bientôt suivi par 44 autres, accueillant en 2012, plus de 4000 élèves. 

Les candidats, âgés de 11 à 16 ans, avaient des  résultats scolaires moyens par rapport à la moyenne nationale, mais de bons résultats dans leur école.  37% des élèves inscrits à Sourdun provenaient de familles monoparentales, et seulement 29% des élèves avaient des parents ou tuteurs légaux disposant d’un niveau d’études égal ou supérieur au baccalauréat.

Les internats d’excellence sont relativement onéreux, coûtant environ €10 000 (US$13 100) de plus par élève que dans les écoles publiques classiques. Le gouvernement français a décidé d’entreprendre une évaluation aléatoire rigoureuse pour mesurer leur impact.

Students at Sourdun boarding school
Details of the Intervention 

À la fin des années scolaires 2009 et 2010, les élèves intéressés par ce programme devaient remplir une fiche de candidature pour être acceptés dans l’un de ces internats.

Chaque année, plusieurs centaines d’élèves ont postulé: ils avaient à la fois le niveau suffisant pour être admis à l’internat et venaient d’un milieu défavorisé. Parmi ceux-ci, 258 élèves (environ 65 %) ont été sélectionnés aléatoirement pour s’inscrire dans un internat d'excellence, constituant le groupe test. Ceci a permis de les comparer avec le groupe témoin composé par les 137 élèves éligibles n’ayant pas été retenus.

Les élèves des groupes test et témoin répartis dans 169 écoles ont été suivis de façon systématique par les chercheurs: ils ont passé des tests cognitifs et répondu à des enquêtes incluant des échelles psychométriques.  Les parents ont également été interrogés.

Les élèves inscrits à l’internat de Sourdun ont bénéficié d’un environnement scolaire très différent de celui des écoles publiques classiques. Les professeurs y étaient plus diplômés que leurs  homologues des écoles publiques, mais étaient plus jeunes et avaient moins d’expérience professionnelle.  Le ratio de professeurs pour 100 élèves était aussi plus élevé à Sourdun, avec 11,2 professeurs pour 100 élèves pour 8,2 dans les écoles publiques. 

C’est peut-être pour cela que les professeurs ont pu développer une méthode d’enseignement mieux adaptée aux besoins des élèves: les étudiants de Sourdun ont  déclaré que les professeurs étaient plus intéressés par leurs progrès et qu’ils expliquaient jusqu’à ce que tous les élèves comprennent.
De plus, le fait que les étudiants habitent et étudient sur place a eu un impact sur le temps dédié aux activités scolaires: les élèves consacraient 0,8 heures supplémentaires à leurs devoirs, et passaient 0,9 heures de moins  à regarder la télévision, en semaine comme pendant les week-ends.
.

Results and Policy Lessons 

L'internat nécessite un temps d'adaptation, si bien que peu d'effets ont été perçus la première année. Ce n'est au bout de deux ans qu'apparaît une forte amélioration des résultats en mathématiques chez les élèves de Sourdun par rapport à ceux des élèves témoins. De même, le taux d’assiduité augmente, et le désir d'apprendre est plus affirmé.  Seuls 35,8% des élèves de Sourdun ont signalé avoir séché un cours lors des 15 derniers jours, alors que dans le groupe témoin, ce chiffre  s’élève à 51,6%.

Le niveau d’implication des élèves et des professeurs s’est aussi amélioré: les élèves dans le groupe test étaient moins distraits en cours et avaient une meilleure relation avec leurs professeurs. De même, les professeurs de Sourdun étaient plus enclins à exprimer leur intérêt pour les progrès de chaque élève (27 points de pourcentage de plus), et plus susceptibles d’apporter un soutien supplémentaire si nécessaire (26 points de pourcentage de plus).

Sourdun a aussi un fort impact sur l’ambition des internes. Les étudiants inscrits à Sourdun étaient presque trois fois plus nombreux à vouloir s'inscrire en classes préparatoires, et 25% plus nombreux à vouloir  obtenir un master.
Mais ces changements n’ont pas été immédiats: après un an à Sourdun, les étudiants avaient perdu confiance en leurs aptitudes scolaires. Ceci peut être dû au fait qu’ils étaient confrontés à des pairs plus performants, ou au fait que le niveau des cours était plus exigeant.  C’est lors de la deuxième année que leur confiance s’est renforcée. 

Pour les mêmes raisons, il n’y a pas eu de différence significative dans les résultats en mathématiques et en français entre le groupe test et le groupe témoin au bout d'un an à Sourdun. Cependant, après deux ans, la moyenne des résultats en mathématiques a augmenté de 40% d'un écart type, un changement significatif si on le compare aux autres interventions en matière scolaire. En français cependant, les internes n'ont pas obtenu de meilleurs résultats que les élèves témoins. Plusieurs études portant sur d'autres politiques scolaires trouvent également des effets en mathématiques et non en langue: l'amélioration des compétences verbales prend sans doute plus de temps.

Les résultats ne varient pas selon le sexe, l’âge ou le niveau scolaire: l’impact est le même pour les garçons et les filles, pour les élèves de collège et de lycée, et pour les élèves très performants et moins performants.  Le programme n’a pas eu d’effets sur les frères et sœurs des élèves de Sourdun, ni sur leurs anciens camarades de classe.

Behaghel, Luc, Clément de Chaisemartin, Axelle Charpentier, and Marc Gurgand. 2013. “Les effets de l’internat d’excellence de Sourdun sur les élèves benéficiaires: résultats d’une expérience contrôlée.” Working paper, Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL), Cambridge, MA.