Collecteurs de dépôts, Philippines PDF version

 
Chercheurs: 
Nava Ashraf
Chercheurs: 
Dean Karlan
Chercheurs: 
Wesley Yin
Partenaires de terrain: 
Innovations for Poverty Action (IPA)
Localisation: 
Mindanao, Philippines
Echantillon: 
640 personnes dans 10 communautés
Période: 
2003 - 2004
Thèmes: 
Finance et Microfinance
Problématique Politique: 
Conception de produits financiers
Problématique Politique: 
Épargne
Problèmatique politique: 

Nouvelle arme dans l’arsenal de lutte contre la pauvreté, au cours des trente dernières années, la micro-finance a suscité un enthousiasme croissant partout dans le monde, en mettant des services financiers officiels à la portée des plus démunis. En revanche, on connaît beaucoup moins bien le volet "constitution de patrimoine" des services de micro-finance, à savoir les services de  micro-épargne.  Les services de collecte de dépôts, permettant d’organiser la collecte régulière d’espèces, tout en garantissant aux épargnants la possibilité d’effectuer des retraits à une date ultérieure, sont un outil très populaire dans le monde entier, tant aux yeux des prêteurs qu’à ceux des clients de la micro-finance.  

Les programmes d’épargne sont pour les banques un moyen d’en savoir plus sur d’éventuels clients emprunteurs et pour les clients, le fait de savoir que cela les aidera à obtenir un prêt à l’avenir peut les encourager à mettre régulièrement de l’argent de côté par l’intermédiaire de ce service.  Une forte demande de mécanismes officiels d’épargne est également une indication du fait que les gens ne se satisfont plus des solutions “domestiques” (cacher de l’argent sous le matelas pour n’en citer qu’un exemple). Cependant, nous ne disposons d’aucune information qui permette de dire clairement si les services de collecte de dépôts sont effectivement mis à profit pour générer des taux d’épargne supérieurs aux taux enregistrés aujourd’hui.

Contexte de l'évaluation: 

Aux Philippines, depuis plusieurs décennies l’épargne a connu une stagnation alors que dans les années soixante, le taux d’épargne national était supérieur à 20 % du PIB, soit parmi les meilleurs d'Asie. Aujourd’hui, le taux d’épargne du pays s’établit entre 12 et 15% – soit à un niveau bien inférieur au niveau de l’épargne dans la plupart des pays d’Extrême-Orient qui connaissent des taux de l’ordre de 25 à 30 %.1  Par le passé, plusieurs études ont alimenté une théorie selon laquelle les Philippins étaient de fervents consommateurs peu enclins à l’épargne. Pourtant, tout semble indiquer que les Philippins, même pauvres ou disposant de faibles revenus,  épargnent ou ont la capacité de le faire et que les mécanismes d’épargne informelle sont bien répandus sur l’ensemble du territoire.

Cherchant à proposer des solutions officielles d’épargne à leurs clients de micro-finance, la Green Bank of Caraga, une institution financière reconnue, a conçu un service de collecte des dépôts. Les clients sélectionnés par la banque pour faire partie de l’échantillon de l’étude correspondent à un large éventail de Philippins et représentent une palette variée de niveaux d’instruction et de conditions économiques.

Description de l'intervention: 

A partir d’un programme de dépôt-collecte proposé par la Green Bank of Caraga, les chercheurs de J-PAL ont d’abord procédé à une évaluation de l’impact sur le montant d’épargne et le comportement en matière d’emprunt.  Pour mieux comprendre les mécanismes qui pourraient tirer les taux d’épargne vers le haut, et le type de personnes susceptible d’être intéressé par ce service d’épargne spécialisé, les chercheurs ont ensuite analysé les facteurs incitatifs pour les clients.

La Green Bank a commencé par identifier dix barangays (petites entités politiques et économiques) qui semblaient relativement accessibles et qui présentaient un nombre suffisant de clients existants pour justifier l’envoi d’un employé sur place. Ces barangays étaient situés à la périphérie de Butuan City dans le nord Mindanao, là où se situe le siège de la Green Bank.  Les chercheurs ont ensuite mené une enquête sur des ménages sélectionnés de manière aléatoire parmi les clients existants dans chaque barangay.  Six mois plus tard, des conseillers commerciaux de la Green Bank ont pu interroger 137 clients existants à leur domicile dans cinq barangays choisis de manière aléatoire. Un service de collecte des dépôts en porte-à-porte leur a été proposé : un collecteur de fonds passait chez eux pour prendre livraison des fonds et les déposait ensuite à leur banque locale.  Le coût de la prestation devait s’élever à 4 pesos par collecte, les clients pouvant choisir un programme de collecte mensuelle ou par quinzain.Les clients qui optaient pour ce service devaient alors s’engager à payer la prestation de collecte, qu’ils aient ou non des dépôts à faire.  Les fonds collectés restaient disponibles et le client avait la possibilité d’effectuer des retraits, sans aucune restriction. Le service de collecte n’a pas été proposé dans les 5 barangays qui ont constitué le groupe témoin.

Résultats et implications politiques: 

Facteurs d’adoption du service : L’éloignement de l’agence bancaire la plus proche, qui représente le coût de la transaction correspondant normalement pour le client au fait d’aller déposer les fonds lui-même, s’est avéré un facteur de décision important.  Pour chaque 10 kilomètres supplémentaires qu’un client devait parcourir pour effectuer un dépôt, la probabilité qu‘il adopte le service de collecte augmentait de 6 %. De plus, les femmes mariées étaient plus susceptibles d’opter pour ce service que les femmes célibataires, (il convient de noter que les hommes mariés n’étaient pas plus enclins à le faire que les célibataires).  La différence de sexe semble indiquer que les facteurs de décision internes au foyer jouent un grand rôle dans l’adoption de ces services de collecte de dépôts.

Impact sur l’adoption du service
: Le service de collecte de dépôts a eu un effet de levier substantiel sur l’épargne chez ceux qui l’ont adopté. Sur les 137 clients à qui le service a été proposé, 28 % l’ont adopté, soit 38 personnes. Sur ces 38 personnes, 35 ont opté pour le service mensuel, même si 18 d’entre eux n’ont effectué aucun dépôt par l’intermédiaire des collecteurs sur les 10 mois de la durée de l’étude.  En dépit de l’impact très variable du service de collecte de dépôts sur les niveaux d’épargne, en moyenne, l’impact a été positif par comparaison aux résultats obtenus dans les barangays du groupe témoin. Le service de collecte de dépôts s’est traduit par une augmentation du taux d’épargne de près de 25 % au bout de 10 mois.  En moyenne, une personne effectuait 3,85 dépôts sur la période de 10 mois et le montant moyen du dépôt s’élevait à 497 pesos. Dans l’ensemble, au bout de 10 mois, les clients du groupe traitement ont épargné 228 pesos de plus que ceux du groupe témoin.  Entre autres explications possibles, ces résultats peuvent être imputables aux coûts de transaction réduits, à un suivi des opérations facilité par la planification financière et à l’existence d’un mécanisme par lequel les personnes s’engageaient publiquement à limiter leurs dépenses.  Par ailleurs, on note une légère baisse du recours à l’emprunt chez les personnes à qui le service de collecte de dépôts a été proposé, sans doute du fait de l’augmentation de leur épargne.

1 Lavado, Rouselle F., “Effects of Pension Payments on Savings in the Philippines,” International Graduate Student Conference Series, East-West Center. Nov 23, 2006. http://www.eastwestcenter.org/fileadmin/stored/pdfs/IGSCwp023.pdf. (consulté le 4 novembre, 2009).