PDF version

Incidence de l’information et des interactions sociales sur les décisions d’épargne, Etats-Unis

Localisation: United States
Sample: 4168 personnes traitées et 2043 personnes choisies parmi les effectifs d’établissements universitaires aux fins de comparaison
Timeline:
2000 to 2001
Outcome of Interest: 
Household finance
Intervention Type: 
Incentives
Social networks
AEA RCT Registration Number: 
Question de politique 

Aux Etats-Unis, la pauvreté parmi les personnes âgées a connu un recul spectaculaire au vingtième siècle; entre 1960 et 1995, le taux officiel de pauvreté des personnes âgées de 65 ans et plus a chuté de 35% à 10%.  On attribue souvent à la Sécurité Sociale un rôle déterminant – pour partiel qu’il soit – dans ce repli .  Or, pour la majorité des familles américaines, une fois arrivé l’âge de la retraite, ce sont les cotisations des employeurs, et non la Sécurité Sociale, qui constituent la principale source de revenus, nombre de ces plans de retraite privés s’appuyant désormais sur une participation volontaire du salarié. La dimension individuelle du choix sur le "combien et quand épargner" permet de gagner en flexibilité et en autonomie, mais en cas de faibles niveaux d’épargne, il plane alors sur ces ménages retraités le spectre de crises qui à un moment ou un autre viennent grever le système économique qui se doit de les aider.

Cadre de l'évaluation 

Au cours des 25 dernières années, les cotisations obligatoires des salariés dans le cadre des plans de retraite classiques ont été en partie remplacées par les plans de retraite adossés à un compte d’impôts différé, dit TDA (Tax Deferred Account) tel que le 401(k)s, auquel les employés peuvent librement souscrire en choisissant le montant d’épargne correspondant. Ainsi, aux Etats-Unis, de nombreux salariés doivent maintenant choisir le montant d’épargne qu’ils souhaitent réserver à leur retraite, au lieu de participer passivement au plan retraite patronal. Il est donc très important que les employés comprennent pleinement le sens de leurs décisions d’épargne. Cela exige des calculs compliqués et une connaissance des alternatives financières possibles pour optimiser leurs revenus. Une information sur ces calculs et règlements et sur les choix que font les autres dans ce domaine devrait avoir de profondes répercussions sur les comportements d’épargne. Si 71% des entreprises du Fortune 500 organisent systématiquement des réunions d’information financières à cet effet, leur fréquentation reste souvent très faible.

The university set up a benefits fair to disseminate information about retirement plans. Photo: rkl_foto | Shutterstock.com

Détails de l'intervention 

La présente évaluation étudie l’impact de l’information et des réseaux sociaux sur la décision des employés d’une université de cotiser au régime de retraite volontaire. Pour encourager l’adoption de ce dispositif TDA, cette université a organisé une “Foire aux Prestations" pour faire connaître les divers plans de prestations sociales proposés par l’université.

Les chercheurs de J-PAL ont offert une récompense de 20 $ à un groupe de salariés de l’université, afin qu’ils participent à cette « Foire » ; le groupe de salariés a été choisi de manière aléatoire parmi un sous-groupe de départements universitaires sélectionnés eux aussi de manière aléatoire. L’expérience a ciblé deux groupes distincts : d’une part, un groupe de 2039 salariés qui ont reçu une lettre leur promettant une récompense monétaire pour leur participation à la Foire, et d’autre part, un groupe composé de personnes travaillant dans le même service que certain(s) ayant reçu la dite lettre. L’étude a cherché à suivre dans le temps la corrélation entre la récompense et la participation des destinataires du courrier à la Foire, et ensuite leur adoption du régime TDA. L’étude s’est par ailleurs attachée à mesurer l’effet des réseaux sociaux sur la participation à la foire et sur l’adoption du régime TDA parmi les personnes n’ayant pas reçu le courrier mais travaillant dans le même service que des personnes ayant reçu cette récompense.

Résultats et conclusions politiques 

Ces petites incitations monétaires ont effectivement encouragé les employés du groupe traitement, ainsi que les membres de leurs groupes de pairs, à participer à la Foire aux Prestations. 21% des individus touchés par l’expérience, soit directement, soit par l’intermédiaire de leur réseau social, ont participé à la Foire, contre seulement 5% dans les services témoins. Les personnes des services du groupe traitement ont été aussi dans l’ensemble plus enclines à adopter le plan TDA après la Foire. Au bout d’un an, le programme a encore augmenté le taux d’adoption avec 5% des 4000 salariés des services du groupe traitement encore sous le régime de retraite classique contre 4% dans les services du groupe témoin.

Il est intéressant de noter que les effets directs ne sont pas plus importants que les effets indirects : dans les services du groupe traitement, les personnes qui ont reçu une lettre et celles qui n’en ont pas reçu, sont tout aussi susceptibles de souscrire au régime TDA par la suite. Cela pourrait suggérer que la décision d’un individu de souscrire au TDA est sensible à de petites modifications dans l’entourage, et pas simplement au contenu informatif proposé dans le cadre de la foire. Il convient toutefois de souligner que ces effets restent très modestes par rapport aux changements enregistrés dans l’adoption du régime TDA à la suite des modifications des règles de participation par défaut.

___________________________
1 National Bureau of Economic Research (NBER), “Social Security and Elderly Poverty,”
http://www.nber.org/aginghealth/summer04/w10466.html (consulté le 5 août, 2009).

Duflo, Esther, and Emmanuel Saez. 2003. "The Role of Information and Social Interactions in Retirement Plan Decisions: Evidence from a Randomized Experiment." The Quarterly Journal of Economics 118(3): 815-42.

1 National Bureau of Economic Research (NBER), "Social Security and Elderly Poverty," http://www.nber.org/aginghealth/summer04/w10466.html.