PDF version

Parrainage des jeunes pour leur projet professionnel (Actenses), France

Localisation: France
Sample: 1700 étudiants dans 22 établissements d’enseignement supérieur
Timeline:
2008 to 2013
Target Group: 
Youth
Outcome of Interest: 
Employment
Intervention Type: 
Coaching and mentoring
AEA RCT Registration Number: 
Partenaires:
Question de politique 

Dans un contexte économique qui change, l’enseignement technique et supérieur joue un rôle d’une extrême importance, dans la mesure où des compétences spécifiques et ciblées sont de plus en plus demandées.  Pourtant, dans les pays industrialisés comme dans les pays en développement, les jeunes étudiants ont du mal à évaluer leurs atouts et à choisir leurs centres d’intérêts et leurs objectifs professionnels. À l’adolescence, ils doivent prendre des décisions importantes et décider soit de continuer leurs études dans la filière classique, soit de s’orienter vers une formation professionnelle ou encore d’entrer directement dans la vie active.  Or ces choix ont un impact direct sur leur parcours professionnel futur. Tout porte à penser que les relations et les réseaux sociaux sont des atouts précieux qui leur fournissent des informations les aidant à prendre ces décisions. Cependant cette hypothèse reste à démontrer.

Cadre de l'évaluation 

Dans les lycées français, des conseillers d’orientation aident les élèves à choisir entre différentes filières d’enseignement. Toutefois, ces conseillers sont souvent peu au fait des fluctuations du marché de l’emploi. Les étudiants qui ne sont pas entourés d’un réseau social solide leur fournissant les renseignements qui leur manquent, se trouvent pris au dépourvu face à un marché de l’emploi qu'ils connaissent mal.

Dans cette étude, les parents de la plupart des étudiants sont salariés ou exercent un métier manuel et pour un tiers des étudiants, le français n’était pas leur langue maternelle. Leur connaissance du marché de l’emploi était très réduite ; 60 % seulement avaient une idée du métier qu'ils souhaitaient un jour exercer et 20 % savaient quels diplômes étaient requis pour y accéder. Ils n’étaient pas en mesure de décrire les activités ou compétences se rapportant au métier de leur choix.

Le Ministère Français de l’Éducation accorde des subventions aux établissements scolaires situés dans des zones défavorisées et ces fonds sont fréquemment utilisés pour améliorer l'information sur les offres d’emploi et les parcours professionnels.

Certaines de ces écoles proposent aujourd'hui des programmes de parrainage pour améliorer les connaissances des élèves sur le marché du travail. Le programme « Aide et Orientation par le Parrainage » est l’un d'entre eux, il est mis en œuvre par Actenses, une association à but non lucratif. Lancé en 2006, le programme vise à orienter les jeunes en les mettant en contact avec des professionnels de différents domaines d’activité.

Chaque élève a un parrain attitré, choisi en fonction de ses centres d’intérêts. Ce parrain, bénévole, assiste son filleul pendant 3 ans et l'aide à définir un projet professionnel en lui fournissant des renseignements sur le secteur professionnel, sur les offres d’emploi et sur les qualités requises pour mener à bien son projet. Les échanges entre parrain et filleul s’inscrivent dans une optique de complémentarité avec les informations déjà dispensées par le conseiller d’orientation du lycée.

High school students in career mentoring program in France

High school students in career mentoring program in France

Détails de l'intervention 

Les chercheurs de J-PAL analysent en ce moment l’impact du programme « Aide et Orientation par le Parrainage » sur la connaissance du marché du travail et sur les objectifs de carrière de 1700 élèves fréquentant 22 lycées. Les établissements sont inclus dans le programme de manière progressive sur une période de deux ans. Les lycées ont été répartis de façon aléatoire entre groupe test et groupe témoin. La première année de l’expérimentation, les établissements du groupe test bénéficient d’une classe test et d’une classe témoin, puis la deuxième année, de deux classes témoin. À l’inverse, les écoles du groupe témoin auront deux classes témoin la première année et une classe test et une classe témoin, la deuxième année.

Dans les classes test, Actenses organise quatre rencontres entre parrains et filleuls durant l’année scolaire. En outre, les parrains sont libres de communiquer avec leurs filleuls par email ou téléphone le reste du temps s’ils le souhaitent. Afin de tester leurs connaissances du monde du travail, les étudiants ont répondu à 4 questionnaires individuels, deux la première année et un chacune des années suivantes. D’autres données ont également été recueillies auprès des services administratifs de l’établissement, et notamment les notes des élèves, leur taux d’absentéisme et leur comportement général.

Les chercheurs ont mesuré les effets de ce programme selon cinq critères principaux à long terme et à court terme : connaissance générale du monde du travail (types de compétences requises pour rentrer dans un secteur professionnel donné), construction et évolution du projet professionnel de l’étudiant, filière académique choisie à la fin de la première année et résultats scolaires obtenus.

Résultats et conclusions politiques 

Le projet est toujours en cours, les résultats sont en attente.

1Duru-Bellat M., J. -P Jarousse et A. Mingat (1993) \ Les scolarités de la maternelle au lycée. Etapes et processus dans la production des inégalités sociales ? : Sur la scolarisation", Revue française de sociologie 34(1) (s. d.), 43-60.