Valorisation de la confiance dans des bidonvilles, Pérou

Researchers:
Markus Mobius
Tanya Rosenblat
Adam Szeidl
Location:
Ancash, Peru
Sample:
9 000 foyers dans 30 quartiers
Chronologie:
2005 - 2005
Target group:
Adults
Outcome of interest:
Credit balance/repayment
Intervention type:
Credit Social networks Pricing and fees
AEA RCT registration number:
AEARCTR-0001240

Partners:

Policy issue

Partout dans le monde, la micro-finance a été accueillie avec enthousiasme et considérée comme catalyseur potentiel de la lutte pour le développement économique et contre la pauvreté. La capacité du microcrédit à permettre un accès au capital sans augmenter les taux de défaillance – en dépit d’une absence de garantie – a été au départ attribuée au système de responsabilité de groupe pratiqué, chaque membre étant solidairement responsable des emprunts souscrits. Cependant, maintenant que le secteur de la micro-finance se développe et devient de plus en plus concurrentiel, les institutions de micro-finance doivent élaborer de nouvelles méthodes de financement permettant de maintenir leurs frais de fonctionnement à un faible niveau tout en élargissant l’accès au crédit. Dans le domaine de la micro finance, une difficulté importante consiste à atteindre les emprunteurs qui ne peuvent (ou ne veulent) avoir accès aux banques communautaires fonctionnant sur le principe de la responsabilité solidaire. Il est donc indispensable qu'existent des institutions de micro-finance ayant des structures différentes, afin d'être en mesure de proposer des prêts aux plus pauvres tout en exploitant les avantages offerts par les prêts à garantie solidaire.

Context of the evaluation

Depuis le rétablissement d’un gouvernement démocratique en 1980, le Pérou se débat pour rétablir une économie stable et reprendre le chemin de la croissance. Aujourd’hui, 44% des 29 millions d’habitants vivent dans la pauvreté.1 Cette situation a conduit nombre d’habitants des campagnes à venir s’établir dans les banlieues de Lima, la capitale, pour trouver du travail. Lorsqu’elles arrivent, ces personnes s’installent dans les bidonvilles qui se sont construits tout autour du centre ville. Les habitants n’ont qu’un accès limité aux services financiers tels que l’épargne ou les prêts. Cette étude a été menée dans une communauté assez diverse vivant dans le bidonville d’Ancash, au nord de Lima. Dans ces communautés, l’économie est principalement basée sur l’extraction d’or, de cuivre et de zinc, et sur la pêche.

This study was conducted in the diverse shanty communities in the Northern Cone of Lima, whose economies are primarily based on mining of gold, copper and zinc and fishing. Photo: Shutterstock.com

Details of the intervention

En collaboration avec PRISMA, une ONG péruvienne qui propose du crédit par l’intermédiaire de banques de village, les chercheurs ont conçu et mis en œuvre un nouveau produit de prêt. Il s'agit d'exploiter les liens sociaux existants pour détecter les clients fiables et cependant exclus du modèle traditionnel du prêt solidaire, en demandant aux nouveaux clients d’obtenir le parrainage d’anciens clients de la banque pour obtenir un prêt. Une enquête auprès de 9 000 foyers vivant dans le bidonville a été menée.

Les clients de la banque communautaire ont constitué un groupe de parrains potentiels qui pouvaient se porter caution pour de petits prêts individuels accordés à des résidents de la communauté qui n’étaient pas déjà clients de la banque. Le parrain prenait la responsabilité de rembourser l’emprunt en cas de défaillance du nouvel emprunteur, ce qui incitait les parrains à ne se porter caution que de personnes responsables et qu’ils pouvaient facilement contrôler. Dans le quartier, chaque adulte a reçu une fiche dans laquelle figuraient les règles du programme ; la fiche donnait également la liste de tous les parrains ainsi qu’un plan du quartier permettant de les localiser. Les deux époux emprunteurs, comme les deux époux parrains, devaient signer le contrat.

Les deux bidonvilles pilotes étaient respectivement constitués de 282 foyers pour 26 parrains, et de 371 foyers pour 25 parrains. Des enquêtes sur les réseaux sociaux ont été menées avant la mise en place de ce programme et ont permis aux chercheurs de dresser la cartographie des relations entre les clients et les parrains. Les chercheurs ont mesuré la force des liens entre les personnes en fonction du temps passé ensemble chaque semaine et en regardant si ces personnes étaient considérées comme des personnes dignes de confiance. Les taux d’intérêts des prêts ont été affectés de manière aléatoire et se situaient entre 3 % et 5 % par mois, ce qui a permis de déterminer ce qui, du taux d’intérêt ou de la distance sociale par rapport au parrain, avait l’impact le plus significatif sur le taux de défaillance.

Results and policy lessons

Au vu des premiers résultats dans les deux communautés pilotes, les chercheurs ont découvert que des liens sociaux étroits et une proximité géographique entre les parrains et les clients amélioraient réellement la confiance entre les acteurs ce qui diminuait l’éventualité d’une défaillance et réduisait le risque encouru en se portant caution pour un tel emprunt. L’étude suggère que le fait d’emprunter avec la caution d’un voisin proche réduit l’éventualité d’une défaillance dans des proportions identiques à celles qu’aurait une baisse de 3 à 4 points des taux d’intérêt.

Ces résultats confirment l’hypothèse de départ, à savoir que des emprunteurs ayant des relations étroites avec leurs parrains permettent à la banque d’avoir une plus grande certitude sur les niveaux de remboursement. Les relations sociales étroites sont sources d’une meilleure information et permettent aux parrains, et par conséquent à la banque, de connaître le niveau de risque que chaque client représente, et d’agir afin de minimiser ce risque. Ce programme individuel permet donc d’évaluer les clients de manière efficace et applique de bonnes pratiques, d’une manière très semblable à ce qui se passe pour les prêts solidaires. Il permet donc d’étendre le microcrédit à ceux qui ne pourraient y prétendre ou qui ne seraient pas intéressés par les prêts de groupe solidaires.

1 CIA World Factbook, “Peru,” https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/pe.html.

Karlan, Dean, Markus Mobius, Tanya Rosenblat, and Adam Szeidl. "Measuring Trust in Peruvian Shantytowns." Working Paper, Yale University, July 2009.

1.
Human Development Report 2009, Overcoming Barriers: Human Mobility and Development. United Nations Development Program. p. 176