La mallette des parents : une campagne de sensibilisation pour les parents d’élèves de collèges, France

Researchers:
Nina Guyon
Francesco Avvisati
Fieldwork by:
Location:
Académie de Créteil, France
Sample:
1000 familles sur 183 classes de 34 établissements scolaires (4 300 enfants)
Chronologie:
2008 - 2008
Target group:
  • Parents
Outcome of interest:
  • Student learning
Intervention type:
  • Community monitoring
  • Parental engagement
AEA RCT registration number:
204
Partners:

Policy issue

Il est reconnu que la participation des parents favorise nettement les résultats scolaires. Toutefois, les parents ont souvent des difficultés à apporter le soutien nécessaire à leurs enfants en raison de difficultés financières ou par manque de temps, ou tout simplement parce qu'ils ne savent pas comment s'y prendre. En particulier, dans les familles d’immigration récente, les parents ne parlent pas très bien le français et n'ont pas souvent fréquenté longtemps à l'école, ce qui les handicape dans la participation et la supervision du travail scolaire de leurs enfants. Si chacun sait que les barrières linguistiques sont un obstacle à l’éducation pour les populations migrantes, en revanche on ignore la portée et l’impact de programmes ayant pour objectif d’aider et de former les parents pour leur permettre de s’impliquer plus dans la scolarité de leurs enfants.

Context of the evaluation

L’Académie de Créteil englobe toutes les banlieues situées à l’est et au nord de Paris. Il s’agit d’une région densément peuplée avec une proportion élevée d’immigrants récents et d’immigrants de deuxième génération provenant essentiellement des pays du Maghreb et dont les indicateurs socioéconomiques ne sont pas les plus favorables. Dans un tel contexte, de nombreuses barrières freinent la participation des parents à la scolarité de leurs enfants : barrières linguistiques, contraintes logistiques (les parents travaillent souvent loin de leur domicile), et barrières sociales car ces parents de classes sociales défavorisées sont vite découragés par le jargon bureaucratique et le cadre très hiérarchisé du système éducatif français. Plusieurs projets pilotes, reflétant la prise de conscience de ces problèmes et de leurs effets, visent à améliorer la scolarisation dans les districts défavorisés en France et étaient déjà en cours au moment où cette étude a été lancée.

Engaging in a group meeting, France.
Engaging in a group meeting, France. Photo: Aude Guerrucci | J-PAL/IPA

Details of the intervention

L’étude évalue un projet conçu pour encourager la participation des parents à la scolarité de leurs enfants dans le but d’améliorer leurs résultats scolaires. Des rencontres ont été organisées au début de l’année scolaire durant lesquelles des membres du personnel administratif et du corps enseignant des collèges présentaient le projet et encourageaient les parents à y participer. Les classes dans lesquelles aucune famille ne souhaitait participer étaient exclues totalement de l’expérience et les chercheurs de J-PAL ont ensuite choisi aléatoirement les classes faisant partie du groupe test (bénéficiant du projet) ou du groupe témoin.

Dans le groupe test, les parents étaient invités à une série de trois réunions sur une période de deux mois. Pendant ces réunions, le personnel enseignant leur fournissait des explications sur l’aide aux devoirs, les fiches de suivi et l’enseignement en général. Dans la mesure du possible, des personnes parlant la langue majoritaire parmi les familles étaient présentes pour servir d’interprètes. Ensuite, les parents du groupe test avaient le choix de continuer ou non à suivre un ou deux autres projets additionnels :

Programme A: Une série de réunions mensuelles supplémentaires pour compléter les informations reçues durant les trois premières. Les parents et les établissements scolaires étaient encouragés à faire participer des spécialistes extérieurs, lors de ces réunions.

Programme B: Une autre série de réunions, à un rythme plus intense (deux par semaine pendant quatre ou cinq mois). Ces rencontres consistaient en une formation d'alphabétisation et en informatique pour parents ayant besoin d’un soutien complémentaire.

Au terme de l’année scolaire, les données ont été collectées grâce à des questionnaires et aux fichiers administratifs concernant les résultats scolaires individuels, les sanctions et le niveau d’absentéisme pour tous les élèves ; des données ont également été collectées pour mesurer le rôle joué par les parents. Enfin, des données sont aussi recueillies auprès des parents et des élèves ayant accepté de participer au programme, ainsi qu'auprès des camarades de classe de ces derniers. Ces données permettront d'évaluer l’impact du programme sur les résultats et sur le comportement scolaire des élèves, ainsi que sur les modifications du comportement des parents eux-mêmes ; l’effet de mimétisme sur les autres élèves sera aussi examiné.

Results and policy lessons

À la fin de l'année scolaire, les familles du groupe test ont effectivement augmenté leur implication dans la scolarité de leurs enfants, tant à l'école qu'à la maison.Les enfants des familles ciblées par le programme ont développé des attitudes et comportements plus positifs à l'école, et ont eu moins de problèmes en français.De plus, les effets positifs sur le comportement se retrouvent également chez les élèves de la classe dont les parents n'ont pas participé aux réunions.

Cette expérimentation démontre que les écoles sont capables d'augmenter l'implication des parents et que cette participation parentale a des effets importants sur le comportement des élèves. Ces résultats établissent que des initiatives similaires peuvent être efficaces même en cas de faible participation des parents compte tenu des effets constatés sur l'ensemble des élèves.

Avvisati, Francesco, Marc Gurgand, Nina Guyon, Eric Maurin. 2014. "Getting Parents Involved: A Field Experiment in Deprived Schools." Review of Economic Studies 81(1): 57-83.